19h30jeudi 22 juin 2017

[COMPLET] KING GIZZARD & The Lizard Wizard

Concert • Garage
jeudi 22 juin 2017
Ouverture des portes 19h30
Le concert de KING GIZZARD & THE LIZARD WIZARD est désormais COMPLET. Il n’y aura pas de billetterie sur place.
King Gizzard & The Lizard Wizard, le groupe de garage-rock créé en 2010, suit sa muse aussi loin qu’il le faut. Pour le dernier album, Paper Mâché Dream Balloon, au début le groupe avait pensé à un son sombre, dense, à l’image des concerts que le groupe avait donné dernièrement. Mais leur leader, Stu Mackenzie, décida le contraire.

Sur des albums précédents King Gizzard a exploré plusieurs sons: de la distorsion krautrock de I’m in Your Mind Buzz au son expansif, presque jazz, de Quarters! ou, comme le dit le propre Mackenzie : « J’ai toujours voulu être dans un groupe où on ne puisse s’attendre qu’à l’inattendu et où chaque album soit une étape différente des autres ».
Ainsi, le septième album de King Gizzard & the Lizard Wizard a été enregistré uniquement avec des instruments acoustiques: guitares acoustiques, flute, contrebasse, violon, harmonica, clarinette… et le résultat est un album frais, avec des touches de psyché-folk et de sunshine-pop.

« Leurs chansons sont denses, complexes, élaborées, et surtout puissantes ». Pitchfork.

Prochain album Flying Microtonal Banana disponible le 24 février 2017 !

ÉCOUTER ICI

 

1ere partie : The Mystery Lights
De passage en France, le groupe de garage américain publie un album serré et convaincant dans la nouvelle division rock Wick du puriste label soul Daptone. En ces temps de revival rock garage et psyché, on tendra une oreille bienveillante aux morceaux bien troussés et vite expédiés de The Mystery Lights. Précédé d’une avantageuse réputation sur scène – il a notamment joué aux côtés de Ty Segall -, le groupe natif de Californie, émigré dans le Queens, à New York, est emmené par les guitaristes Mike Brandon et L. A. Solano.
Les cordes de l’Intro sonnent rockabilly comme du Link Wray, puis à mesure que se déploie l’album auquel le quintette a donné son nom, l’on s’aventure vers des terres plus psychédéliques (Follow Me Home) et garage : bref, ça fuzze dans tous les sens.

Pour retrouver ce son très sixties, les Mystery Lights ont été adoubés par le très soul label Daptone Records (Sharon Jones and The Dap-Kings, Charles Bradley), inaugurant ainsi la division rock Wick du label, et ont ainsi pu enregistrer dans le déjà légendaire studio House of Soul, temple de l’analogique, garanti sans ordinateur. A découvrir sur scène pour voir la lumière. » (L’Express)

ÉCOUTER ICI