19h30samedi 20 janvier 2018

FEMMES D’ALGÉRIE

Souad Massi, Hasna el Becharia, Samia Diar,Naïma Yahi...
Concerts • Musique du monde, Maghreb
samedi 20 janvier 2018
Ouverture des portes 19h30

Du 11 au 15 janvier 1999, le Cabaret Sauvage programmait 5 nuits de fête pour rendre hommage aux femmes d’Algérie, pour célébrer le courage et la liberté, la force de dire « non » et la douceur inébranlable dont les femmes ont fait preuve lors de la guerre civile Algérienne des années 1990 entre le pouvoir Algérien et les intégristes.

18 ans plus tard, certaines de ces Femmes d’Algérie se retrouvent sur la scène du Cabaret Sauvage le samedi 20 janvier !

 

SOUAD MASSI

Souvent considérée comme la plus belle voix féminine d’Afrique du Nord, Souad Massi reprend la route dans un concert inédit, accompagnée de ses deux amis de cœur et de scène, le percussionniste Rabah Khalfa et le guitariste Mehdi Dalil.

La réputation de Souad Massi s’est forgée au cours d’une carrière de plus de 15 ans, portée par une détermination sans faille pour le combat politique et le maintien des valeurs que sont la liberté et la justice. Ses chansons, empruntes d’amour, d’altruisme et de courage, sont autant de témoignages contre l’intolérance du monde d’aujourd’hui. Souad Massi proposera des titres de son 6ème album studio El Mutakallimûn (Maître des mots), réponse aux menaces dont elle a fait l’objet, et dans lequel elle redonne vie à une série de poèmes arabes remontant jusqu’au 6ème siècle. Le choix des textes transcendés par la beauté de sa voix nous rappelle les valeurs qu’a portées le monde musulman au travers des générations. Elle chantera également une sélection de ses plus grandes chansons telles que ‘Yemma’ (Maman, je te mens), Deb, Amessa (Un jour viendra), ‘Hayati’ (Ma Vie)…

La connexion qui s’opère entre Souad Massi et ses musiciens relève pratiquement de la télépathie. Respect et affection unissent ces trois êtres, et c’est avec un bonheur évident qu’ils se retrouvent une fois encore sur scène.

ÉCOUTER ICI

 

HASNA EL BECHARIA

Femme libre et sans concession, Hasna El Becharia vient du sud du Sahara algérien. Personnage particulièrement truculent, bien connue en Algérie et en particulier dans la région de Béchar, la ville où elle vit depuis 1972, Hasna est fille d’une famille de musiciens Gnawa. Elle exécute une musique d’inspiration populaire mêlée à ses compositions, s’accompagnant sur une guitare électrique, une guitare classique ou un gumbri. Elle est arrivée en France en janvier 1999, invitée du festival « Femmes d’Algérie » au Cabaret Sauvage (Paris), et y vit depuis, la situation des artistes en Algérie étant de plus en plus délicate. Quand elle chante son amour pour le prophète, Hasna dérange : elle est trop libre. A 51 ans, en 2001, elle publie son premier album (elle a toujours refusé de réaliser des disques en Algérie). Sacré et profane cohabitent librement dans ses concerts. Symboles de la confraternité de Sidi Bilal, l’ombri et le carcabou (deux des instruments dont joue Hasna), sont les piliers de la musique noire d’Afrique du nord. Le son puissant du gumbri et l’extraordinaire sens du rythme d’Hasna rappellent la musique des soudanais qui parlent la langue Heimi (utilisée de nos jours par les Diwans). Pour ce concert, Hasna joue de la guitare électrique, du oud, du darbouka, du bendir et du banjo. Elle a su inventer une musique sans frontières, à la croisée des chemins de l’Afrique du Nord qui marie la flûte peule, les karkabous du Sud-Est, le chant généreux du Sud saharien et les gumbris virtuoses.

ÉCOUTER ICI

 

SAMIA DIAR

C’est avec sensibilité et conviction qu’elle chante, en français et en algérien, des bribes de vie de l’Algérie d’aujourd’hui. Auteur, compositeur et interprète, Samia Diar puise son inspiration aux sources des musiques traditionnelles algériennes et nous offre des compositions où se marient percussions du nord et du sud. Bercée enfant par la musique chaoui et oranaise, elle invente avec ses trois compagnons une musique où les instruments traditionnels algériens rencontrent les rythmes et sonorités d’autres pays. De son chant puissant, émouvant et un peu sauvage elle évoque l’exil, la jeunesse algérienne, l’amour, une terre chaude… Auteur, compositeur et interprète, Samia Diar sait jongler avec les genres.

ÉCOUTER ICI

 

Et aussi : Le fameux Karaoké Franco-Algérien de NAÏMA YAHI, qui fera chanter petits et grands sur les succès d’Idir à Zebda tout au long de la soirée !

Naïma  Huber Yahi est historienne spécialiste de l’histoire culturelle des Maghrébins en France. Co-auteur de la comédie musicale Barbès Café, co-comissaire de l’exposition « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France » présentée au Musée national de l’histoire de l’immigration (2010), elle a aussi co-dirigé le beau livre « La France arabe-orientale » chez La Découverte (2013).